Enseignement vers le dimanche 19 Septembre 2021

Enseignement vers le dimanche 19 Septembre 2021

13 septembre 2021 Non classé 0

La communauté des plus petits

En ce début d’année pastorale, nous renouons avec nos rencontres en petits groupes de
maisons ; groupes de partages et d’échanges où la dernière place est mise en vogue, où le plus
petit est valorisé comme nous l’enseigne Jésus lui-même dans cet évangile.

En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le
sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains
des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples
ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à
Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en
chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était
le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le
premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le
plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant
comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il
accueille, mais Celui qui m’a envoyé. » Mc 9,30-37.

Dans le but d’aider les premières communautés à s’engager sur la voix des humbles et des
plus petits, St Marc, dans cet évangile relève la contradiction entre le sacrifice à consentir
pour y parvenir et le désir humain des disciples à être le plus grand. En effet, en annonçant sa
mort sur la croix avec les souffrances qui l’accompagneront, Jésus a voulu faire entrer ses
disciples dans le mystère de l’amour de Dieu qui l’envoie porter les péchés du monde et
réconcilier l’humanité avec Lui. Mais les apôtres avaient déjà entendu ce discours qui avait
révolté Pierre et que Jésus avait rabroué (Rappelez-vous l’évangile du dimanche dernier).
Malgré cette remontrance, les disciples ont continué à rechercher la grandeur individuelle.
Leurs préoccupations et leurs conversations apparaissent ainsi tout à fait dans l’esprit du
monde qui préfère se distraire, jouer à « Qui est le plus grand ? », ce jeu dont les hommes
raffolent, aujourd’hui comme hier. Qui a le plus gros bouton de l’arme nucléaire ? Qui a le
plus gros portefeuille d’actions ? Qui a la plus belle voiture ; la plus belle maison ? Qui a le
plus de diplômes, peut-être même la vie spirituelle la plus raffinée ? Notre vanité n’a pas de
limite.

Les premières communautés n’étaient pas indemnes de tentations comme celle des apôtres.
Être le plus grand et briller par le pouvoir et par les honneurs exercent toujours un certain
attrait qu’il faut reconnaître et combattre. Nous ne sommes pas différents d’eux. C’est
pourquoi, comme eux nous avons à encore à apprendre de Jésus la véritable attitude du
disciple : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de
tous. » Voilà ce qui pourrait être la devise du disciple ; une devise à l’opposé des valeurs que
la société nous propose. Cette devise se déploie dans le cadre du service de tout genre et de
celui de l’accueil des petites gens en particulier.

Dans la communauté chrétienne, les valeurs de promotion personnelle, de compétition et de
réussite ne sont pas ce qui est recherché d’abord et avant tout. C’est le service qui met les uns
et les autres sur le même pied, c’est l’amour mutuel. Et pour illustrer, ce cadre particulier du
service et de l’amour mutuel dans la communauté, Jésus valorise les enfants et ceux qui les
accueillent : « Quiconque accueille en mon nom, un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il
accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a 2
envoyé ». On peut penser que cet enfant représente tout disciple qui se fait, tel un enfant, petit
et accueillant et qui s’en remet à Dieu comme l’enfant s’en remet à ses parents pour grandir et
se développer. « Tu es là présent livré pour nous, toi le tout petit le serviteur, toi le tout-
puissant humblement tu t’abaisses, tu fais ta demeure en nous, Seigneur ! » Ce refrain résume
bien en quelques mots simples qui est Jésus et ce qu’il attend de chaque membre de notre
communauté. Etre le plus petit valorisé pour sa foi en une présence dont la grandeur nous
dépasse infiniment, une foi en une présence dont l’humilité se fait proche de chacun, une
présence qui nous réchauffe, nous éclaire, nous accompagne, nous tient la main comme le
père ou la mère le fait quand l’enfant apprend à marcher.

Bon partage. Bonne rentrée pastorale.

Père Marc Dossou

Questions pour le partage : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de
tous. » Comment comprenez-vous cette exhortation de Jésus ?
Comment chercher à être le dernier de tous sans tomber dans une fausse humilité ?

À vivre dans la semaine : Demandez au Seigneur dans cette semaine d’entrer de plus en plus
dans cette révélation que Jésus nous fait de lui-même et prions-le de nous accorder de devenir
nous aussi comme les premiers chrétiens des disciples attentifs à le découvrir de plus en plus
dans les petites gens.