Enseignement vers le Dimanche 4 Juillet

Enseignement vers le Dimanche 4 Juillet

28 juin 2021 Non classé 0

Jésus Christ est là et vient à notre rencontre !

En ce premier dimanche du beau mois de juillet, la liturgie nous invite à nous laisser rencontrer par Jésus Christ !!! Jésus Christ est là et vient à notre rencontre !
C’est l’été, et le Seigneur est là, avec nous, pour nous, en nous. Aurons-nous un peu de temps quotidien avec Lui, pour Lui, en Lui ? Un temps quotidien d’oraison, de lecture de sa Parole, un temps de retraite (de « semaine pour Dieu » par exemple avec la communauté de Gennésaret à Poilly), ou des rencontres gratuites qui nous témoignent de sa Présence ?
Dans l’évangile du dimanche 4 juillet, Jésus vient « dans son lieu d’origine », Nazareth, mais les habitants qui l’ont bien connu, ne croient pas en son identité de Christ, de Messie, d’Envoyé de Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 6, 1-6) :
En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Jésus Christ vient à notre rencontre dans notre Nazareth

Jésus était bien connu à Nazareth : C’est ce que les habitants de cette petite ville pensaient. Mais il y avait quelque chose qu’ils n’avaient pas remarqué en Lui. Ils n’avaient pas vu la puissance de Dieu en Lui. Jésus, le fils du charpentier, leur paraissait bien ordinaire !


Parfois notre vie peut nous sembler trop routinière. Les évènements du quotidien nous paraissent ordinaires si nous n’y voyons pas le Seigneur qui s’adresse à nous à travers les actions et les paroles des personnes que nous rencontrons.


Imaginons la surprise des gens de Nazareth quand ils ont découvert plus tard, après sa mort et sa résurrection, la vraie identité de Jésus le Christ !


Ne sous-estimons pas l’action du Seigneur dans notre vie quotidienne et guettons les occasions où Il nous surprend par des signes de sa Providence.
À Nazareth les gens se demandaient : « D’où cela lui vient-il ? » ; et ils butaient sur une évidence : « Il est de chez nous ! Nous connaissons sa mère, son atelier de charpentier, ces cousins et ses cousines (qu’on appelait aussi frères et sœurs au sens large) ! ». Et Jésus s’étonnait de leur manque de foi, de les voir s’accrocher à leurs habitudes, sans ouvrir leur cœur à ce que Lui, Jésus, leur donnait à voir et à entendre de la part de Dieu (son Père et notre Père du Ciel).

Nous connaissons bien par expérience, nous aussi, ce conflit intérieur entre vivre la foi et la vie quotidienne, entre notre désir de Dieu et la pesanteur des habitudes, entre la vérité que Jésus nous apporte et l’accaparement des choses à faire au quotidien. C’est là que commence notre conversion. En effet, c’est au cœur de notre quotidien que Jésus le Christ nous attend et nous appelle à vivre avec Lui. C’est dans notre planning journalier qu’il nous faut garder du temps pour Lui. Et passer du temps avec Jésus Christ c’est revenir à l’essentiel, c’est se recentrer sur le sens que l’on donne à notre vie quotidienne grâce à la foi : « Aimer Jésus Christ pour mieux s’aimer soi-même et mieux aimer nos prochains qu’ils soient aimables ou moins aimables ! »


De même que les gens de Nazareth avaient à reconnaître en Jésus l’Envoyé de Dieu, bien qu’il ait vécu trente ans au milieu d’eux, c’est dans notre vie concrète (notre Nazareth) que nous avons à rejoindre Jésus le Christ dans la foi, l’espérance et la charité (l’Amour).


C’est pourquoi il est si important de nous réconcilier avec le quotidien, avec l’ordinaire où le Seigneur vient à notre rencontre. Chaque jour, c’est le moment favorable qui nous est donné justement pour coïncider avec le projet de Dieu et pour laisser Jésus réveiller notre enthousiasme, et notre certitude que nous pouvons l’aimer et apprendre à aimer là où nous sommes, tels que nous sommes, avec nos forces, avec nos faiblesses, avec nos vulnérabilités de corps et de cœur, avec notre Nazareth !!!

Alors convertis, réconciliés avec le quotidien, comment être prophètes dans notre Nazareth ?

Quoi faire, quoi dire avec ceux qui semblent fermés à la lumière de la foi qui nous fait vivre chaque jour ? Les habitants de Nazareth, pays de Jésus, se posaient cette bonne question : « Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? » Ils s’interrogent sur l’identité de Jésus. Mais, aussitôt leur question posée, les voilà qui dérapent ! Sans attendre une quelconque explication de Jésus, ils donnent leur avis : Jésus est bien de chez eux et sa famille est connue de tous… Oui, ils ont raison ! Mais Jésus n’est-il que cela ? Les habitants du pays de Jésus ne semblent ouverts à aucun supplément de lumière. Ils se sont enfermés dans leur connaissance d’habitants de Nazareth et de voisins de Jésus, ils ne veulent rien apprendre de plus sur Jésus. Alors, l’évangile nous dit qu’ils étaient « profondément choqués à son sujet ».


Quelle est grande la différence !!! La différence entre ces habitants de Nazareth et les disciples qui s’interrogent aussi sur l’identité de Jésus mais restent ouverts à davantage de lumière sur le Seigneur ! : « Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » se demandaient les disciples dans la barque quand Jésus apaisa la tempête qui les menaçait. Les disciples s’interrogent, ils n’ont pas encore de réponse, mais ils cherchent, ils attendent plus de lumière ! Oui, quel fossé entre ceux qui pensent tout savoir sur Jésus et ceux qui reconnaissent ne pas tout savoir sur Jésus et sont ainsi capables de s’ouvrir à un supplément de lumière.


Nous aussi nous connaissons autour de nous des personnes, des proches, des gens de notre famille, de notre Nazareth, que nous aimons et qui semblent fermés à la lumière qui nous fait vivre. Comment leur parler de la foi ? Que faire ? Regardons Jésus : Il est comme démuni de toutes ses possibilités en son propre pays. « Là, il ne pouvait accomplir aucun miracle. » Dieu ne s’impose pas. Il s’offre toujours à la liberté de chacun. Pourtant Jésus ne se résigne pas ! Que fait-il ?


Deux actions prophétiques :
1- D’abord, Jésus « guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains ». Ces quelques guérisons sont des signes de l’attente de Jésus ! Dans une situation apparemment bloquée, il y a toujours une ouverture possible. Un jour la lumière se fera. C’est une méthode de prophète ! : À ceux qui semblent loin de la foi, nous pouvons donner une Parole de Dieu, ou même une lecture de l’évangile, et nous pouvons aussi plus simplement témoigner de la foi, de notre espérance par notre écoute, par notre attitude bienveillante et confiante. C’est sûr tout témoignage donné au quotidien, avec bienveillance et confiance est, un jour, entendu et peu à peu reçu comme la Bonne Nouvelle qui fait vivre !!! : Alors Dieu fait Homme en Jésus se révèle à eux !!!
2- Ensuite, Jésus ne va pas loin de son pays. « Il parcourait les villages d’alentour en enseignant » car il continuait à espérer que sa Parole puisse se faire entendre et résonner jusqu’à Nazareth. Quand nos proches, et des personnes que nous connaissons depuis longtemps sont loin de l’Église, il faut les aider à cheminer avec délicatesse, avec confiance et espérance en commençant par prier pour eux (Ainsi venir à la messe, c’est venir avec toutes les personnes de notre Nazareth dans notre cœur ! Et nous croyons qu’avec nous, ils bénéficient de l’Eucharistie !!!) Avec la prière, ayons une attitude de vérité et d’amour en témoignant que la foi en Jésus Christ ne nous replie pas sur nous-mêmes mais bien au contraire, avec la foi nous nous portons les uns et les autres (Cf le paralysé porté par 4 hommes qui ont la foi, jusqu’à Jésus et Jésus répond à leur foi en pardonnant les péchés du paralysé et en le guérissant ! : Marc 2, 1-12).
Devant les gens de Nazareth, on aurait pu penser que Jésus, déçu par l’accueil des siens, s’en aille plein de tristesse sans rien faire… Non, il ne se résigne pas. Il espère en leur ouverture à la vie de Dieu… Nous aussi, espérons avec confiance et foi ! 


Amen.            

                                                                                                                                        Père Eric Rochetaillade

Question pour le partage :

Si nous reconnaissons humblement que nous ne savons pas tout sur Jésus, alors quel aspect de sa Personne aimerions-nous approfondir, mieux connaître ? (Son Humanité (vrai Homme à l’exception du péché), sa Divinité (le Christ, le Messie), sa relation avec Dieu le Père, sa relation avec l’Esprit-Saint, sa relation avec chacun de nous, son retour dans la gloire à la fin des temps …)

À vivre dans la semaine :


Pendant la semaine, je vous propose de mettre en pratique au moins une des deux actions prophétiques décrites ci-dessus.